Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Moi et mes idées

Articles avec #pauvre

The Magdalene Sisters, la suite

21 Mai 2017, 10:56am

Publié par Mia Holger

 

 

 

 

 

Mais que sont devenus les filles de THE MAGDALENE SISTERS ?

Un petit rappel de mon antérieur article sur le sujet :

En Irlande, dans le comté de Dublin, en 1964.

Lors d'un mariage, Margaret est violée par son cousin. La honte s'abat sur toute la famille. Au petit matin, le curé de la paroisse vient chercher Margaret.
Bernadette est pensionnaire dans un orphelinat. En grandissant, devenue jolie, elle suscite la convoitise des jeunes gens du quartier. Considérant que sa nature et son caractère la destinent au pire, la direction de l'orphelinat la confie alors à l'unique institution susceptible de la maintenir dans le droit chemin.
Rose, qui n'est pas mariée, vient de donner naissance à un petit garçon. Séparée de son bébé, elle est emmenée au couvent des sœurs de Marie-Madeleine.

Les trois jeunes femmes sont immédiatement confrontées à Sœur Bridget, qui dirige l'établissement et leur explique comment, par la prière et le travail, elles expieront leurs pêchés et sauveront leur âme. Telles Marie-Madeleine lavant les pieds du Christ, c'est en lavant le linge de l'Église irlandaise et de la bonne société que ces femmes se laveront de leurs péchés en travaillant comme des esclaves, battues, humiliées, mal nourries, jusqu'en 1996.

 

Maureen, l'une des survivantes des blanchisseries Madeleine

 

 

Pendant plus de 70 ans, des milliers de jeunes filles ont été placées en détention dans ces couvents. Certaines parce qu’elles avaient eu des relations sexuelles hors mariage -y compris des femmes violées-, d’autres parce qu’elles déshonoraient leur famille, parce qu’elles souffraient de problèmes physiques, mentaux ou qu’elles étaient sans-abri. Envoyées là-bas par leurs parents, des juges, des prêtres et des membres de la police, elles ont été forcées à travailler gratuitement par des nonnes de quatre congrégations. Réduites à l’état d’esclave, ces jeunes filles, dont la plus jeune avait 9 ans, ont subi les pressions psychologiques et physiques des religieuses. «J’avais 12 ans quand j’ai été enlevée de mon école et placée, contre ma volonté, dans la Blanchisserie Madeleine de New Ross», s’est souvenue Maureen sur le site de l’association «Magdalene Survivors Together» qui défend les victimes de ces couvents. «On m’a dit qu’on continuerait mon éducation là-bas, mais c’était faux. La journée, je travaillais à la blanchisserie. Un jour, les inspecteurs scolaires sont venus et j’ai dû me cacher sous un tunnel, je suppose que c’est parce que je n’étais pas censée travailler. Les nonnes ont détruit ma vie», a-t-elle ajouté.

"On m'appelait numéro 27"

Une autre s’est de son côté rappelée qu’à son arrivée dans le pensionnat, elle avait été obligée à changer de nom. «On m’appelait numéro 27», a-t-elle expliqué. La journée, «tout n’était que silence et prières», les jeunes filles n’avaient même pas «un livre pour s’occuper». En plus de l’ennui, elles ont également subi les coups et les humiliations des religieuses. «Elles m’ont battue, frappée et torturée au point que je n’ai jamais été capable de récupérer totalement, a rapporté Josephine, toujours sur le site de l’association. J’ai essayé de m’échapper un fois, mais j’ai été rattrapée par des gardes. Il n’y a pas d’autres mots pour ces endroits que le cratère de l’enfer. C’était bien pire qu’une prison.» D’après d’autres témoignages, près de 2000 bébés nés de ces femmes «immorales» auraient été enlevés et vendus à de riches familles américaines. D’après le rapport, la majorité des pensionnaires ont passé moins d’un an dans l’une des dix «blanchisseries» mais près d’une sur dix y sont mortes. La plus jeune avait 15 ans.

Ce n’est qu’en 1993, trois avant la fermeture du dernier couvent, que cette affaire a réellement éclaté. Cette année-là, un promoteur immobilier qui venait d’acheter une partie de ces bâtiments a en effet retrouvé les restes de plus de 100 pensionnaires, inhumées dans des tombes sans noms. Cette dramatique affaire a inspiré un film «The Magdalene Sisters», qui a reçu en 2002 le Lion d’or de la Mostra de Venise.

Les soeurs du Bon pasteur irlandais*

J'ai travaillé en silence dans la vapeur
à purifier des surplis, travail de Dieu lui même.
Jolie comme une image, j'étais trainée
depuis notre porte d'entrée,
priant pour mon âme, exhortée à la pénitence
parce que le prêtre m'avait qualifiée de sale.
Sous un fouet de cuir, menée

à la confession, contaminée par le sperme
de sous-hommes mariés à la chasteté,
j'ai pleuré. Derrière les barrières et les fils de fer barbelés,
mon bébé arraché de mes seins explosés,
j'ai été battue, tondue, et recouverte de honte.
Dehors, les garçons bombardaient joyeusement
l'Irlande du Nord protestante pour leur liberté,

les Américains retraçaient leurs racines irlandaises.
Au Congo belge l'armée tuait les Noirs
nourris à la terreur des Soeurs de la miséricorde ;
pendant que sur l'archipel des Madeleine
nous pleurions les années perdues,
et espérions qu'il y avait plus encore
que nous ne comprenions pas.

A voir, à lire, sur le sujet des blanchisseuses…

Films :

- The Forgotten Maggies, documentaire de Steven O’Riordan, 2009.
- The Magdalene Sisters, Peter Mulla, 2002.
- Philomena, Stephen Frears, 2014.

Livre:

Kathy O'Beirne, L’enfer de Kathy, J'ai vécu six ans chez les Magdalene Sisters, Pocket, 2012. Autobiographie d'une femme témoignant de son enfance passée dans un foyer, un hôpital psychiatrique puis au couvent.


Pièces :

The Magdalen Whitewash, pièce écrite par Valerie Goodwin et jouée au Draíocht Arts Centre in Dublin, 2002.

Eclipsed, pièce écrite par Patricia Burke-Brogan sur les blanchisseries.
The Magdalene Sisters, la suite

Voir les commentaires

El río sagrado Ganges y su escalofriante contenido

2 Février 2017, 14:46pm

Publié par Mia Holger

 

El río sagrado donde nadar es peligroso para la salud

El monzón está a punto de llegar a Varanasi, la ciudad ancestral india del río Ganges, lo que significa que para muchos niños escolares se terminan las clases de natación. Los estudiantes extrañarán sus frescas aguas, pero algunos expertos consideran que esas clases nunca deberían permitirse en un río tan contaminado.

Cada verano, cientos de niños toman clases de natación, desde abril hasta que empieza la temporada de lluvia. Ellos se suman a las miles de personas que se bañan en el río sagrado a toda hora del día.

Pero todo el que se sumerja en estas aguas se expone a una buena variedad de contaminación, incluyendo cloaca, residuo industrial y restos de cuerpos parcialmente quemados en los funerales que se celebran a orillas del Ganges.

El hecho que el río tenga un estatus de sagrado hace que los padres hagan la vista gorda a estos problemas.

Cuando hablas con las madres que observan a sus niños saltando y dando brazadas, uno se acostumbra a escuchar comentarios como "Madre Ganges no puede estar contaminada".

"Somos el pueblo de una ciudad sagrada. Nada nos pasa cuando nos metemos al agua", comenta Namita Tiwari, madre de uno de los nadadores de 13 años.

El río sagrado Ganges y su escalofriante contenido
El río sagrado Ganges y su escalofriante contenido

Incluso, un entrenador de la Asociación de Natación de Saraswati -uno de los dos clubes que ofrecen las clases- le reza al agua las veces que sus jóvenes pupilos la tragan.

"El agua es única", señala Pramod Sahni. "Una vez que la tomas, quieres volverlo a hacer". Incluso él bebe un poco durante las clases.

En la religión hindú, el río Ganges es una diosa cuyas aguas sirven para purificar. Pero la ciencia sugiere lo contrario.

Cada día se vierte a lo largo de este río unos 300 millones de litros de aguas residuales sin tratar. En Varanasi, una ciudad de un millón de personas, 35 desagües y alcantarillas terminan en sus aguas. Dos de ellas a unos pocos kilómetros de donde suceden las clases de natación.

Esto quizás explique en parte por qué en uno de los análisis hechos por la Fundación Sankat Mochan (SMF, por sus siglas en inglés) -que hace activismo para que se limpie el río- se descubrieron niveles de bacteria coliforme fecal 35 veces por encima del máximo permitido por las autoridades ambientales del país, y más de 440 veces por encima del nivel máximo recomendado para nadar en Estados Unidos.

El río sagrado Ganges y su escalofriante contenido
El río sagrado Ganges y su escalofriante contenido

Una de las causas son las cremaciones. Según la fe hindú, cualquiera que sea cremado en Varanasi queda libre de Moksha, el ciclo de la vida y la muerte, si parte del cuerpo incinerado se deposita en el río como una ofrenda.

Se estima que cada año unos 32.000 cuerpos se queman en dos lugares de Varanasi, Manikarnina y HarishChandra, esta última está aguas arriba de las clases de los clubes.

Los cuerpos de los pobres y los sin techo, que por razones financieras no se pueden cremar, se echan al río directamente.

Todo esto aumenta el riesgo de contraer enfermedades transmitidas por el agua.

Por otra parte, los efluentes industriales del creciente número de fábricas que hay en la ciudad, incluyen metales pesados dañinos como cadmio y cromo.

 

Una de las niñas que esperan a que empiece su clase comenta que nadar el en Ganges "es una de las mejores cosas del verano", y que el río ofrece alivio del calor abrasador.

Aunque algunos de los niños están conscientes de que el agua no es perfecta.

"Se ve verde y oscura", dice Rishi Mukherjee de cinco años y quien confiesa terminar tragando agua un par de veces durante uno de sus ejercicios, el cual consiste en aguantar la respiración bajo el agua tanto como sea posible.

Deep Ganguly, de 10 años, comenta que el agua "huele a pescado".

No se puede "lavar"

El año pasado le dio una fiebre que el doctor achacó al río. Otros padres hablan sobre la diarrea que afecta a sus hijos o de la irritación en los ojos que tienen los pequeños.

Pero muchos no parecen comprender que el río sagrado puede suponer un riesgo para la salud de sus hijos.

Durante el verano y el monzón, las salas de los hospitales se llenan de niños que necesitan tratamiento para enfermedades que se transmiten con el agua. Aunque según el doctor SC Singh, un pediatra del hospital Shiv Prasad Gupta de Varanasi, rara vez sus padres mencionan que han estado nadando en el río.

El río sagrado Ganges y su escalofriante contenido
El río sagrado Ganges y su escalofriante contenido
El río sagrado Ganges y su escalofriante contenido

Hace casi 30 años el gobierno indio lanzó una campaña para limpiar las aguas del Ganges, pero los resultados fueron limitados.

Uno de los problemas es que, por varias razones, aguas arribas se ha desviado grandes cantidades de agua, lo que ha reducido el caudal en Varanasi.

Derechos de autor de la imagen Paromita Chatterjee l Agency Genesis Image caption La orilla del río Ganges es de las zonas más contaminadas.

Un miembro de la Autoridad Nacional de la Base del Río Ganga, BD Tripathi, explica que ya no se puede "lavar" la contaminación.

Tampoco ayuda que el lugar más seguro para nadar, a unos 15 m de la orilla del río, y lejos de las peligrosas corrientes de aguas más profundas, sea el más contaminado del río.

Una vez que empieza el monzón, no hay una parte del río que sea segura para las clases de natación.

El doctor Biswhambat Mishra, del grupo SMF, quiere dar un consejo a los padres que están pensando en apuntar a sus hijos para las clases del año que viene:

"No es que sea inseguro. Es peligroso bañarse en estas aguas".

Sudhiti Naskar BBC, Varanasi

Seguir en Twitter @bbc_ciencia

El río sagrado Ganges y su escalofriante contenido
El río sagrado Ganges y su escalofriante contenido
El río sagrado Ganges y su escalofriante contenido

Voir les commentaires

Afrique entre misère et sourires

26 Janvier 2017, 17:49pm

Publié par Mia Holger

 

Afrique entre misère et sourires

 

Le texte apporte la démonstration qui rend désormais irréfutable la thèse selon laquelle la source première de la misère en Afrique noire est à chercher chez ses propres fils. En enchaînant les événements récents survenus dans ces pays post-indépendants, l'auteur adosse solidement son argumentation sur les données de la presse écrite locale et internationale alimentée par les meilleurs spécialistes des questions abordées. Ceci n'enlève rien à l'objectivité du discours attendu d'un universitaire africain de la diaspora fort attaché à ses racines.

L'analyse est prodigieuse qui situe définitivement la responsabilité de l'élite africaine intellectuelle et politique dans la production de la pauvreté et le maintien des peuples dans les conditions de misère les plus inimaginables. De toute évidence, il s'agit de la prise de parole d'un révolté en faveur des causes justes. Car le mobile de sa révolte prend racine dans l'irrationnel paradoxe de pauvreté des héritiers d'un continent aux immenses richesses. La lecture du texte amène sitôt le lecteur à percer ce qui fut jusque là insaisissable. En effet, Bamony nous révèle ce qu'il y a d'incompréhensible dans le comportement des dirigeants africains face à la grande indigence des peuples. Il donne les clés qui expliquent l'indifférence des élites politiques en Afrique noire.

La gestion rentière de l'économie caractérise la manière dont les élites politiques et économiques des pays du Tiers-mondes en général et notamment des pays africains subsahariens conduisent les affaires dans leurs pays respectifs. Le pacte colonial accepté et pratiqué par les premiers Chefs d'Etats africains de ces pays dits indépendants, les scandales économiques et financiers liés au bradage des ressources minières, le gaspillage public, la gabegie et la corruption des hommes au pouvoir sans vision d'avenir pour leurs compatriotes et pour eux-mêmes, l'absence de gestion rationnelle de l'économie, l'extrême penchant à l'égoïsme des cadres intellectuels et le réel manque de volonté politique des gouvernants pour promouvoir la production et mettre en place une redistribution des fruits du travail sont successivement évoqués dans leurs manifestations diverses mettant toujours à nu la connivence des élites au pouvoir dans leur tragique avènement.

Du Libéria à la République du Centrafrique, et au Mozambique, passant par la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso, le Nigéria, le Tchad, les deux Congo, l'Angola ; du Bénin au Mali, en Guinée, au Niger etc. les pratiques aboutissent au même résultat d'appauvrissement à l'extrême de la population par une junte d'intellectuels aux affaires. Ce ne sont pas les peuples qui manquent de courage et de volonté de changement insiste Bamony. Mais l'échec de ces pays dans la voie du développement à l'Occidental, tient essentiellement à la faiblesse de leurs élites. Mais comment des sociétés aux traditions hospitalières et solidaires réputées peuvent-elles secréter des élites politiques qui font preuve d'un égocentrisme sans comparaison, en livrant leur peuple à la mort certaine ?

Le mal serait dans le fruit : l'observation anthropologique du fonctionnement des familles polygamiques dans une communauté Lyéla au Burkina Faso apporte une réponse. Selon Bamony dans les structures familiales polygamiques fort répandues en Afrique noire, les antagonismes entre demi-frères sont l'unes des raisons fondamentales du déséquilibre des liens interhumains. Le processus psychologique individuel et la structuration des mentalités familiales et communautaires conduisent, comme par nécessité, du conflit à la guerre des demi-frères. Ces conflits lèvent le voile sur le cercle vicieux de haine que ce type de foyer conjugal engendre entre les enfants d'un même père et de mères différentes. Bamony établit une analogie fort intéressante entre les conduites quotidiennes intra familiales et le comportement des individus, présidents, ministres, et autres grands commis au niveau de l'Etat. En effet, et d'une façon générale, la conduite des hommes politiques se manifeste également par une méfiance rédhibitoire par rapport à tout entourage étranger à leur propre famille. Ces derniers ne peuvent faire confiance qu'aux seuls membres de leur propre famille, de leur tribu ou de leur clan ; ce qui conduit à une politique du ventre plein, de l'exigence des satisfactions immédiates au mépris de l'intérêt des autres citoyens, et à l'élimination systématique des adversaires politiques. Comme ces élites ne peuvent souffrir de la concurrence des opposants issus d'autres groupes ethniques, ni les critiques, à l'instar des demi-frères, elles ont tendance à les éliminer par la violence physique ou par la sorcellerie. Comme chez les demi-frères ces comportements au niveau de l'Etat génèrent une situation politique, économique, civile et sociale stérile.

Pierre Bamony, Pourquoi l'Afrique si riche est pourtant si pauvre ?, Le Manuscrit, coll. « Essais et Documents », 2010, EAN : 9782304029581.

 

Pauvreté en Guinée

 

África, esa gran desconocida para mi, por suerte una persona enamorada de ese gran continente, me ha abierto los ojos y ahora siento una fascinación por descubrir y amar a esas tierras lejanas llenas de contrastes.

Gracias Mariano por tu energía y sentimientos al hablar de esos países africanos y por todo el material grafico que acompaña este artículo y los siguientes.

Mujer de Guinea lavando los platos

Mujer de Guinea lavando los platos

Niños de Guinea trasportando agua y otras cosas

Niños de Guinea trasportando agua y otras cosas

Grupo en Guinea lavando la ropa en el rio

Grupo en Guinea lavando la ropa en el rio

Mujer de Guinea preparando harina

Mujer de Guinea preparando harina

Niños en Guinea

Niños en Guinea

Calle de mercado en Guinea, extrema pobreza y hasta buitres.

Calle de mercado en Guinea, extrema pobreza y hasta buitres.

Voir les commentaires